« Ce sont des vers à vivre, à éprouver, non à comprendre, écrits pour être lus ainsi : en évoquant un à un les mots, dans leur sens propre (non figuré), au niveau de l’exprimé (sensible, concret, non conceptuel), vous allez les sentir l’un avec l’autre prendre forme, vie, puis sens en vous,… et une fois incarnés ils vont donner naissance à de l’inexploré… »

Extraits de Calanques aux Éditions Centrifuges, 2018 :

La lumière n’attend pas le sol
Pour tomber

Quand elle n’atteint pas le sol c’est que le vent l’a séparée

(…)

Ce que le vent vient bouger en moi ce n’est pas le paysage mais

Ma place
Dedans

( …)

A regarder
Le vent

L’issue trouble du temps

Le sol
Dans le corps
Se penche

(…)

Avancer dans le bruit
Des pas

Ce que le corps place à sa surface
Pour marcher

(…)

Sur le chemin les mains
Pensent

Les mains pensent la mer
Avant de la toucher

(…)

Je retire mes mains du paysage

La mer en morceaux

(…)

La mer touche ce qui vient
Se creuser

Les pas remontent jusqu’à la tête

(…)

Le pas ne s’arrête pas
A la surface

Il s’enfonce dans la tête

(…)

Le corps
Se plie

A l’intérieur

Une façon de s’arrêter
Sans tomber

(…)

Ces pas que la terre sort de mes pieds
Tiennent

Dans ma tête

/

Ce qui touche mes pieds retient
Le paysage

De tomber

(…)

L’eau déplace les chemins
Les pas défont les chemins
Le pied suit

Ce que la tête a serré jusqu’à prendre sa forme

/

Ce que les yeux ne voient pas reste
Dans les yeux

Jusqu’à l’endroit de la chute

(…)

Comment s’arrête cette chute

Quand elle ouvre
Le sol ?

(…)

Tout autour
Ce qui s’élève
C’est une autre terre

Le sol ne s’est jamais qu’ouvert

Extraits de Passage dans la monographie Poser du vivant sur l’œuvre peinte de Daniel Lacomme chez Propos2Éditions, 2017 :

Une masse qui ne pèse pas plus que son apparition vient lester le présent
Des couches viennent habiter le regard sans peser
Ce qui se détache devient surgissement habitable

(…)

La mémoire aussi ouverte soit-elle au présent fige
Son immobilité installe la pensée dans ce qui la plie
Toute pensée reste captive de la mémoire en fond

(…)

La matière résiste au resserrement de sa présence
La matière vivante resserrée jusqu’à respirer

(…)

Toucher ce qui vient au regard faire flottement
Le regard touche ce à quoi le sens fait résistance
Jusqu’à plier toute forme de mémoire dans le regard

(…)

Lester de présence les couleurs prêtes à se remplir
Le fond leste ce qui dans la transparence souffle
Immobile volume respirant sur plusieurs couches
Ce qui flotte dans la mémoire jusqu’à se dérober

(…)

Jusqu’à trouver un corps élargi au présent

Extraits de Mains suivi de Sonder le vide aux Éditions p.i.sage intérieur, 2015 :

Le corps respire

Plus fort
Par la peau

(…)

C’est la peau qui se déplace

L’autre peau
Sous la peau

(…)

Tu me serres
Sans bras

Une nouvelle tête se déplie

Une cavité de plus

(…)

Tes mains dans mon corps

Tant qu’elles vibrent