« Transfiguration » – Peintures de Olivier de Sagazan (2010)

De Sagazan
Qui du ventre ou de la tête
A pris la main ?

Dans l’espace de moins d’une seconde
Les gestes ont dépassé le corps

Un os s’est pris pour un éclat de voix

Hurler n’est pas lisse

Aucune peau ne se fixe sur le trajet de la douleur
Aucun visage

Pour une chair fuyante
Chaque organe est une peau possible

Et défaillante

Et toutes ces têtes à habiter

A partir de quel effacement
Vient la respiration ?

A quel visage du tien ?

Ne pas perdre la trace humaine
Sous le regard monstre

Dégager la chair jusqu’à la ressemblance

Fabriquer du corps aux bords

Faire de ce peu qui tient

Un visage fait basculer dans son trou

Un seul

Le tien

Aucune boue n’a vécu autant que tes traits
De Sagazan