Serge Saunière… Quand le désir tend vers l’infini (2012)

Peinture de Serge Saunière

Du blanc jusqu’au noir, le blanc plus blanc dans le noir, du noir moins noir que du blanc,… avec du blanc et du noir Serge Saunière tient dans ses mains le langage de toute existence. Il est le peintre de la limite, de la zone « grise », de cette interface où chaque parcelle négocie son poids sous le champ de forces extrêmes, entre vie et mort, obscurité et lumière, désir et perte…

Et c’est par le temps, par l’espace, et par la causalité que la toile se fonde, jusqu’à s’affranchir du temps, de l’espace et de la causalité, pour devenir pure présence.

La toile a cessé de changer

Elle bouge
Elle bouge seulement dans le regard

Dans cette mémoire qu’est le regard qui fait de l’espace celui de la mémoire

La mémoire d’une présence

La présence d’une limite
A l’intérieur

Un paysage
Pénétré de temps

Le regard
Dans un autre regard

Pris
Infini dans sa chute

.
.
.
dans le catalogue CARTE BLANCHE À CHRISTIAN NOORBERGEN, Carte blanche, carte noire à la Galerie Schwab Beaubourg, été 2013 et sur le site de Serge Saunière.